Armenie

Entre 1915 et 1916, pendant la Première Guerre mondiale, 1,5 millions d’hommes, femmes et enfants – les deux tiers de la population arménienne de l’Empire Ottoman - ont été systématiquement assassinés dans le cadre d’un génocide : le génocide des Arméniens de l’Empire ottoman.

Ce génocide est un ensemble de crimes de guerre et de crimes contre l’Humanité perpétrés sur le territoire de cet empire pendant une période se situant entre mai 1915 et décembre 1916, en exécution d’un programme établi par les dirigeant de cet empire visant exclusivement ce groupe humain et se déroulant selon des séquences identiques Dans chaque province de l’empire, les autorités ont été chargées de fabriquer les preuves d’un vaste « complot » arménien, afin de rendre crédible la mesure centrale du programme : la déportation d’une population civile accusée d’ouvrir un front intérieur contre l’armée ottomane. Tous les crimes d’ordonnent autour de cet axe. La déportation est conçue, à la fois comme une mesure de sécurité militaire et comme l’instrument principal de la destruction de la population civile arménienne.

(d’après Yves TERNON, Guerres et génocides au XXe siècle).